Vous êtes ici

-A +A

Adolescence, spleen et chaos dans le cinéma contemporain

À une époque où l'on est forcé de constater une perte de repères et de valeurs un peu dans tous les domaines, il n'est pas surprenant que nombre de réalisateurs s'inspirent du sentiment de l'imminence d'une fin du monde et traitent du malaise existentiel qui en résulte. Des films contemporains récents tels ONLY LOVERS LEFT ALIVE (2013), de Jim Jarmusch, SNOWPIERCER, LE TRANSPERCENEIGE (2013), de Bong Joon-hoMELANCHOLIA (2011), de Lars Von Trier et TAKE SHELTER (2011), de Jeff Nichols, nous présentent des personnages en situation de dépression face à la destruction inexorable.

Only lovers left alive - DVD Médiathèque de MortagneSnowpiercer - DVD Médiathèque de Mortagne

Ces cinéastes ont en commun d'adopter finalement un point de vue proche de celui de l'adolescent confronté à un monde absurde en déficit de sens.

Les personnages de Jarmusch sont des romantiques, présentés sous l'apparence d'un couple de vampires à la vie éternellement mélancolique. L'homme, à l'image du réalisateur, se distingue par un look d'éternel adolescent, et il considère les autres, depuis son appartement dans lequel il vit reclus au milieu de sa collection d'instruments de musique, comme des zombies.

Bong Joon-ho s'inspire lui d'une BD française de science-fiction à l'univers autiste présentant, à l'image de ce train qui fait indéfiniment le tour de la planète à vive allure, une humanité qui court à sa perte, et on comprend que le mince espoir réside dans sa jeunesse.

Quant à Lars Von Trier et Jeff Nichols, ils abordent, en présentant des personnages égarés devant la perspective du mariage et de la vie de famille dans un monde complexe, la question du passage à l'age adulte.

Soulignons que ces films, loin de nous plonger dans la torpeur, nous procurent, par leur réussite formelle -et chez Jim Jarmusch par un humour pince-sans-rire- une exaltation salutaire propice à la méditation.

Melancholia - DVD Médiathèque de MortagneTake Shelter - DVD Médiathèque de Mortagne

D'autres réalisateurs prennent directement des adolescents comme personnages principaux; nous vous proposons de concentrer notre analyse sur ces films.

(Les DVD, y compris ceux présentés en introduction, sont présentés en septembre 2014 comme nouveautés à la médiathèque)

  • Harmony Korine, filme dans SPRING BREAKERS* (2013) des adolescentes fascinées par la culture pop et le culte des apparences, et pour certaines prêtes à tout pour prendre leur part du rêve. La force du film est d'arriver à la fois à pénétrer au coeur de l'ambiance inhérente au "spring break", moment de véritable orgie aux Etats-Unis au printemps où les adolescents peuvent assouvir tous leurs désirs,  et à en relever les outrances. Les ralentis permettent dès le début de prendre le recul nécessaire face aux images de poses explicites qui défilent,  rythmées au son de la musique électro.  Harmony Korine ne propose aucun point de vue éthique, juste un constat lucide et édifiant. Si le film semble adopter les codes du teen-movie mêlant pop et trash, il est plutôt à rapprocher de la vision désabusée de David Cronenberg dans COSMOPOLIS* (2012, dvd faisant déjà partie de notre fonds) ou du constat halluciné que fait Martin Scorsese d'une certaine dégénérescence actuelle avec LE LOUP DE WALL STREET* (2013, nouveauté dvd), même si le point de vue adopté par ce dernier apparaait plus cynique et plus éloigné du monde de l'adolescence.

Spring Breakers

  • PIRANHA* (2010), dont l'action se déroule également pendant le "spring break", est par contre un vrai film de genre et de divertissement. Alexandre Aja, le réalisateur français, revisite avec brio le thème du film d'horreur en milieu marin, avec des références aux pionniers Steven Spielberg (LES DENTS DE LA MER, 1975 - disponible à la médiathèque) et Joe Dante (PIRANHAS, 1978). Tout est ici accentué, aussi bien le jeu des acteurs, les images sexy, que (et surtout) les effets gore. Face aux excès de luxure, d'alcool et de frivolité de cette jeunesse estudiantine, la punition sera encore plus démesurée jusqu'à prendre une tonalité loufoque et cathartique, ceci sous les yeux de l'adolescent héros du film et dont l'innocence et l'intégrité auront bien failli être mis à mal ! Le film est mené avec un sens de la dérision revendiqué et jubilatoire.

Piranha 3D

  • KABOOM* (2010), de Gregg Araki, est un ovni, une comédie psychédélique dont les sujets concernent des préoccupations majeures des adolescents : le sexe d'une part et le monde extérieur qui peut être  ressenti comme occulte et hostile d'autre part. Les orientations sexuelles des personnages sont multilples -tendance actuelle que l'on retrouve dans beaucoup d'autres films- et seul le plaisir compte. La sentiment de paranoia qui est développé sur un rythme de plus en plus soutenu vient cependant constamment contredire cette possibilité de quiétude jusqu'à une séquence finale totalement folle et là aussi cathartique. Précisons que le film qui mélange les genres est une comédie.

Kaboom

  • DONNIE DARKO (2002) de Richard Kelly, adopte une tonalité plus sombre. On trouve cela dit quelques points communs avec KABOOM , en l'occurence des apparitions de personnages inquiétants aux masques d'animaux, qui semblent inspirés de l'univers de David Lynch. Nous sommes ici confrontés aux visions d'un adolescent schizophrène, lesquelles l'amènent à considérer que la fin du monde est proche. Un film intriguant qui aborde les troubles complexes de l'adolescence sur un mode fantastique empreint de psychologie.

Donnie Darko

  • La trilogie SPIDER-MAN (2002, 2004, 2007) de Sam Raimi traite des transformations physiologiques propres à l'adolescence. A partir du moment où il est piqué par une araignée, Peter Parker se retrouve confronté à maintes découvertes symboliquement associées à la puberté. Et le fait que ses pouvoirs l'amènent à sauter partout semble renvoyer au côté hyper-actif associé à cet âge. Face à la mission d'envergure qui s'avère finalement être la sienne, à savoir sauver le monde, le personnage se révèle maladroit et embarassé. Il s'agit typiquement du parcours initiatique visant le passage à la phase adulte. Une belle approche du thème du super-héros.

Spider-man 3

Outre ces nouvelles acquisitions, deux autres films en DVD déjà disponibles à la médiathèque ont comme sujet central ce thème. Ils sont réalisés par des cinéastes - Gus Van sant et Sofia Coppola - qui ont fait de l'adolescence et les tourments qui y sont associés un sujet de prédilection de nombre de leurs films respectifs :

  • ELEPHANT* (2003)  est un film hypnotique couronné de la Palme d'or à Cannes en 1999.  Gus Van Sant, le réalisateur, montre les moments qui ont précédé la tuerie de Colombine en 1999. Il ne procède pas  de façon linéaire, mais tourne autour des protagonistes du drame, en les suivant un par un, souvent de dos,  le temps de longs plans séquences, comme s'il invitait à réfléchir aux causes de la tragédie sans pour autant livrer de réponses. Un grand film qui invite à la méditation sur les grands événements de l'actualité.

Elephant

  • VIRGIN SUICIDES (1999), le premier film de Sofia Coppola, raconte l'histoire du suicide annoncé de cinq soeurs dans les années 70. La musique de Air contribue largement au ton mélancolique et Kirsten Dunst, alors la future vedette féminine de SPIDER-MAN, mais aussi de MELANCHOLIA, pour lequel elle recevra le prix d'interprétation à Cannes en 2011, est parfaite pour exprimer le spleen au travers de son apparence de beauté blonde au yeux bleus et au teint diaphane.  Une oeuvre de référence sur le mal de vivre adolescent qui, par sa modernité, trouve d'autant plus un écho dans ce moment de passage au XXIème siècle.

Guy DESBOUILLONS - septembre 2014

Les films avec une mention * sont déconseillés aux moins de 12 ans