Vous êtes ici

-A +A

Eugenia, juste de Jassy

Auteur : Duroy, Lionel
Editeur : Julliard
Publié : 2018
Type de document : Texte
Cote : r dur eug
Résumé : À la fin des années trente, parce qu'elle est tombée sous le charme d'un romancier d'origine juive, Eugenia, une jeune et brillante étudiante roumaine, prend soudain conscience de la vague de haine antisémite qui se répand dans son pays. Peu à peu, la société entière semble frappée par cette gangrène morale, y compris certains membres de sa propre famille. Comment résister, lutter, témoigner, quand tout le monde autour de soi semble hypnotisé par la tentation de la barbarie'Avec pour toile de fond l'ascension du fascisme européen, ce roman foisonnant revient sur un épisode méconnu de la Seconde Guerre mondiale, l'effroyable pogrom de Jassy. Portrait d'une femme libre, animée par le besoin insatiable de comprendre l'origine du mal, ce livre est aussi une mise en garde contre le retour des heures les plus sombres de l'Histoire

Un roman fort et profond dont on sort très ému. La persécution des Juifs en Roumanie le 21 juin 1941 est au cœur du livre. Un pogrom banal dans la petite ville de Jassy ; 15000 Juifs y sont assassinés par les miliciens de Ion Antonescu, dictateur roumain, et quelques-uns tout simplement par leurs proches voisins. D’autres mourront dans des trains roulant sous le soleil pendant 7 jours.

Eugenia, correspondante du journal de Bucaret à Jassy, sa ville natale, assiste à ces massacres effrayants et c’est comme si elle était seule à avoir conscience de l’horreur de la situation. Comme une « juste », elle tente par tous les moyens de faire entendre son témoignage, d’en récolter d’autres pour comprendre -même auprès des bourreaux ordinaires - et de secouer l’indifférence qui règne dans la petite ville qu’elle ne reconnaît plus. Mais c’est  comme une illusion collective, comme si rien ne s’était passé, l’omerta règne avec la peur.

La rencontre d’Eugenia et de Mihail Sebastian, écrivain juif (dont le journal est paru en France en 1996), constitue l’intrigue principale du roman. Malaparte traverse aussi ce roman comme correspondant de guerre du Corriere de la serra,  jouant double jeu avec Eugenia. Dans la vraie vie, il écrit ce qui deviendra Kaputt, cachant ici et là des morceaux de son manuscrit publié en 1943.

Lionel Duroy, une fois encore, nous comble. Comme dans d’autres romans, il tisse un fil mêlé de réalité et de fiction. Ainsi, nous donne t-il l’envie d’en savoir plus, de découvrir Mihail Sebastian. et Malaparte et l’histoire de la Roumanie, dont les heures sombres ont duré bien au-delà de 1945. C.G.