Vous êtes ici

La femme de Shakespeare

Auteur : O'Farrell, Maggie
Editeur : Belfond
Publié : 2021
Type de document : Texte
Cote : r ofa ham
Résumé : Un jour d'été 1596, dans la campagne anglaise, une petite fille tombe gravement malade. Son frère jumeau, Hamnet, part chercher de l'aide car aucun de leurs parents n'est à la maison... Agnes, leur mère, n'est pourtant pas loin, en train de cueillir des herbes médicinales dans les champs alentour ; leur père est à Londres pour son travail ; tous deux inconscients de cette maladie, de cette ombre qui plane sur leur famille et menace de tout engloutir. Porté par une écriture d'une beauté inouie, ce nouveau roman de Maggie O'Farrell est la bouleversante histoire d'un frère et d'une sœur unis par un lien indéfectible, celle d'un couple atypique marqué par un deuil impossible. C'est aussi l'histoire d'une maladie " pestilentielle " qui se diffuse sur tout le continent. Mais c'est avant tout une magnifique histoire d'amour et le tendre portrait d'un petit garçon oublié par l'Histoire, qui inspira pourtant à son père, William Shakespeare, sa pièce la plus célèbre

Quelle découverte que celle de ce livre et de son auteure ! Je ne connaissais pas Maggie O'Farrell et j'ai été littéralement emportée par l'histoire qu'elle a choisie de raconter : en toile de fond, la campagne anglaise à la fin du XVIe siècle; sur le devant de la scène, la jeunesse de Shakespeare (même s'il n'est jamais nommé) et sa vie familiale, ses amours, ses débuts d'homme de théâtre. Mais ne nous y trompons pas : le personnage principal de ce roman n'est pas le célèbre dramaturge mais son épouse, Agnes, considérée tantôt comme une fée, tantôt comme une sorcière par ceux qui vivent autour d'elle.

Agnes illumine le récit, on l'accompagne dans sa vie quotidienne dont les gestes semblent sûrs et précis. Le style de Maggie O'Farrell met tous nos sens en éveil : on contemple la campagne comme on admire un tableau, on perçoit les bruits de la rue, on hume au fil des pages le parfum des herbes qu'Agnes prépare pour ceux qui frappent à sa porte en quête d'un remède... Ajoutez à cela une description très fine des sentiments et des relations familiales, une ambiance, qu'elle soit lourde ou joyeuse, presque palpable, et vous comprendrez que vous tenez entre vos mains un grand livre chargé de poésie, de magie et d'émotion.

Et après la pandémie que nous venons de vivre, personne ne restera indifférent au récit de l'arrivée de la pestilence dans la campagne anglaise : 13 pages magistrales où il est question d'un singe, de puces et de perles de verre de Murano...

Eblouissant.

NLB