Vous êtes ici

Naufrage en gondole

Auteur : Autissier, Isabelle
Editeur : Stock
Publié : 2022
Type de document : Texte
Cote : r aut nau
Résumé : Venise la belle, Venise la superlative, ses accumulations de palais, de places, de canaux, d'églises et de raffinements divers, n'a pas résisté. Une vague, une seule, gigantesque et mortifère, a suffi à l'engloutir tout entière et à réduire sa magnificence à néant. Le système MOSE (Moïse), savante et impérieuse combinaison de soixante-dix-huit écluses installées à grands frais et supposées'comme le prophète'apprivoiser les eaux capricieuses de la lagune, a bel et bien failli. La ville est détruite, les victimes innombrables. Noyée la Sérénissime ! Submergée la Cité des masques !  Avant ce cataclysme tant redouté, la famille Malegatti se déchire depuis longtemps face à la menace. Guido, le père, entrepreneur sorti du rang et conseiller aux affaires économiques de la ville, ne jure que par le tourisme de masse et le MOSE tutélaire. Maria Alba, son épouse, descendante des Dandolo de Cantello, a contre elle, comme la Venise qu'elle vénère, de se satisfaire de ses habitudes de belle endormie. Léa, leur fille, a 17 ans seulement mais des dispositions de boutefeu et des inclinaisons de Lolita pas forcément innocentes mais résolument militantes. Au gré d'un roman haletant, Isabelle Autissier a choisi ces trois guides si particuliers pour rapporter les charmes et les outrances d'une Babel en sursis. Et fait siennes leurs convictions et leurs contradictions pour anticiper un désastre environnemental on ne peut plus réaliste. Conteuse hors pair doublée d'une conscience écologique éclairée, l'ex-navigatrice conduit cette fable à sa guise jusqu'à la transformer en un cauchemar entêtant

Après la mer de Barents, les îles Kerguelen et la Patagonie, Isabelle Autissier nous emmène à Venise. Cette fois encore, le voyage est instructif et passionnant même si la Sérénissime se fait meurtrière.

Guido, Maria Alba et Léa nous font découvrir différentes facettes de Venise mais également différents visages de notre société du XXIe siècle. Tout s’oppose au fil de ce roman : la Venise historique contre la Venise contemporaine ; la foule des touristes d’un jour contre les vénitiens de souche ; l’empreinte du passé contre la menace de l’avenir… Ecologiste avant tout, cette histoire pointe du doigt tout ce que nous risquons de perdre si nous restons aveugles sur les bouleversements climatiques.

Cela fait déjà de bonnes raisons pour apprécier Le Naufrage de Venise, outre naturellement la belle écriture d’Isabelle Autissier. Mais mon coup de cœur se place résolument sur le calendrier de ce récit : il se déroule à cheval sur la pandémie de Covid-19, avec cette réflexion sur « le monde d’après » à construire : « Quand la maladie aura cédé le pas, rien ne devra recommencer comme avant » pense Léa, et sans doute de nombreux lecteurs avec elle.

Mais réussirons-nous ce changement ? Sauverons-nous Venise et mille autres lieux autour de la terre ? Et pour le bonheur de la littérature, vers quel rivage nous entraînera la navigatrice dans son prochain roman ?

NLB